elephant01Comme une fatalité chromosomique en Afrique, les dirigeants politiques arrivent le plus souvent au pouvoir dans la violence ou par la violence. Ils exercent le plus souvent ce pouvoir comme des « envoyés de Dieu » des « forcenés », les seuls et uniques « fils » du peuple et de la nation. Ils quittent le pouvoir, poursuivis, chassés, traqués, comme de véritables « bêtes », quand ils ne sont tout simplement pas mis aux arrêts, réduits à leurs sorts funestes, emprisonnés à vie, assassinés à coup de pilons.

Triste sort que celui des dirigeants africains en bout de mandat. Triste sort que celui des gens de pouvoir dans notre continent.

Lire l’article

Transparence International France et Sherpa saluent la décision rendue ce jour par la chambre criminelle de la Cour de cassation dans l’affaire visant les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Messieurs Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Omar Bongo Ondimba, aujourd’hui décédé (Gabon), et Téodoro Obiang Mbasogo (Guinée Équatoriale) ainsi que des membres de leur entourage. Lire l’article

Le Chef du Gouvernement de la République du Mali a pris l’initiative de réunir autour de lui, l’ensemble des ministres de son gouvernement dans le cadre d’une dynamique de prise de conscience et d’expression de civisme de base, qui devrait commencer d’abord et avant tout au plus haut sommet de l’Etat.
En tant que citoyen, j’ai toujours été stupéfait de voir les plaques d’identification des ministères, les écriteaux qui y figurent, les couleurs et même les dimensions desdites plaques. Lire l’article

Mamadou Baba Diawara

La Cour Suprême, dans son arrêt N° 53 du 27 mai 2009 a cassé sans renvoi l’arrêt de la Cour d’Assises de Bamako en transfert à Ségou, tout en ordonnant la libération de Mamadou Baba Diawara et Ismaël Haïdara, respectivement ancien PDG de la BHM et PDG de la société allemande WAIC. Mais à la grande surprise, cette même Cour Suprême a ordonné sous la forme d’un rabat d’arrêt que l’affaire soit rejugée. Et dès lors Mamadou Baba Diawara croupit dans les geôles des plus hautes autorités de la république. Lire l’article

Mamadou Ismaila Konaté

Agitateur d’idées, défenseur des grandes causes, Maître Mamadou Konaté nous livre sa vision sur le très controversé code de la famille, qui ne manquera pas d’occuper les devants de l’actualité.

Avocat réputé au barreau malien, Maître Mamadou Ismaïla Konaté est associé du cabinet Jurifis Consult. Très présent dans les débats de société qui traversent la société malienne, affaire du vérificateur général, ou BHM, il est aussi l’avocat de l’ancien président tchadien Hissène Habré. A travers une longue interview consacrée à JournalduMali.com, cet agitateur d’idées nous livre sa vision sur le très controversé code de la famille, qui ne manquera pas d’occuper les devants de l’actualité dès la fin du mois de Ramadan. Lire l’article

© afelyon.hautetfort.com
© afelyon.hautetfort.com

Deux faits importants relevés dans l’actualité de ces dernières semaines obligent à jeter un regard désormais circonspect sur ce qu’est la pratique démocratique d’un pays à un autre

Deux faits importants relevés dans l’actualité de ces dernières semaines obligent à jeter un regard désormais circonspect sur ce qu’est la pratique démocratique d’un pays à un autre, d’une démocratie à une autre, d’un dirigeant politique à un autre, le tout au regard des exigences nouvelles de vertu et de morale politiques nécessaires, à la construction et la consolidation de toute démocratie.

Lire l’article

le Vérificateur général, Sidi Sosso Diarra
le Vérificateur général, Sidi Sosso Diarra

Comment un juge peut-il inculper quelqu’un, le placer sous mandat de dépôt et le faire libérer moins de 12 heures de temps après ? Soit le dossier qu’il a monté n’est pas bon, soit le juge en question a fait l’objet d’une influence extérieure.

Ce scénario qui cadre bien avec les démêlés judiciaires du Vérificateur général, Sidi Sosso Diarra a été longuement expliqué par ses deux avocats le bâtonnier, Me Magatte Sèye et Mamadou Konaté hier matin à la Maison de la presse au cours d’une conférence de presse.

Lire l’article