Ismael-Konate-1
© journaldumali.com Au centre Ismaila Konaté, président de la fondation et aveugle depuis des années…/ archives

Né le 24 avril 1937 à Kéniékéniéko, village de sa grand-mère maternelle, dans le Cercle de Bafoulabé, Ismaïla KONATE entre à l’école en 1944, à Toukoto où son père travaille comme chef de gare, et fut inscrit en Cours préparatoire première année.

Un an plus tard, en 1945, le jeune Ismaïla KONATE suit ses parents à KITA où son père est muté. Il poursuit ses études dans cette ville et obtint le diplôme le Certificat et Bourse en 1949. Lire l’article

Ismael-KonateSi je pouvais faire rire plus d’un, en cette circonstance si malheureuse, bien que le rire ne sied guère à ce genre d’exercice de style, vous saurez d’avantage avec cette anecdote, la personnalité de celui qui n’est, hélas, pas et plus avec nous aujourd’hui, alors qu’il aurait tant souhaité  savoir, que juste après lui, la république réunie, l’aura salué et même célébré,

Mon père aimait la république, ne s’imaginait qu’en république et s’imposait des règles et une vertu toutes républicaines,

Il y a quelques années, il avait été en mission officielle à Addis-Abeba auprès de l’Union africaine (UA), à l’époque où le Président Alpha Oumar KONARE était le Président de la Commission de l’UA. Celui-ci a dépêché Adam THIAM le journaliste pour le chercher à l’aéroport et l’amener à son hôtel. Dès leur première rencontre, mon père, éprouvé par la dureté du voyage de Bamako à Addis, se mit à raconter les frasques de son long et pénible périple à son interlocuteur. Pour finir, il laissa entendre que ce vol était tellement long et pénible qu’il a failli perdre l’usage de ses pieds. Mon père ne s’imaginant pas à cette époque l’état physique de son interlocuteur et n’a su que bien plus tard que Adam THIAM est handicapé comme lui, mais physique… Lire l’article

Gilles Kepel ne cesse d’appeler à la reprise des études islamiques en France pour tenter de mieux comprendre ce qui est à l’œuvre derrière le prétendu Etat islamique nommé Daech. Il faut remonter à fort loin pour comprendre la doctrine juridique à laquelle se réfère Daech en la transformant en idéologie. Il faut le faire avec patience et délicatesse pour éviter tout risque d’amalgame. Il s’agit d’un éclairage et en rien d’une explication. Il s’agit aussi d’une présentation vulgarisée d’un professeur de droit non spécialiste de droit musulman, mais qui estime qu’un juriste doit aussi être un généraliste et s’ouvrir au droit comparé. Ces informations sont de secondes mains, elles sont tirées de quelques auteurs français spécialistes de droit musulman (notamment FB Blanc, Linant de Bellefond ou H. de Wael, tous auteurs d’ouvrages de droit musulman). Il s’agit du texte de la présentation faite aux étudiants de master 2 dans un séminaire de « sources du droit » lundi matin (16 novembre 2015) juste avant la minute de silence.

Lire l’article

Nana-Drave-Niare-300x195Tu ne partiras pas,

Tu ne partiras pas, pas plus longtemps qu’il ne faut,

Tu ne partiras pas sans que tu ne me dises toues ces choses et d’autres que tu devrais me dire,

Tu ne partiras pas sans que je ne t’entende me dire mille et une autres choses et d’autres que tu ne m’as jamais dites encore, Lire l’article

Rédigé par Laure Perrin et Olivier Pottier le 21 Octobre 2015

 

Projet de directive sur la protection du secret des affaires : COM(2013) 813 final

Supprimé in extremis de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite loi Macron, suite à la volée de bois verts du milieu journalistique, le secret des affaires pourrait bien faire son retour par la voie européenne. En effet, une définition uniforme de la notion de secret d’affaires et une consécration de la protection du secret des affaires pourrait intervenir rapidement au niveau européen via l’adoption d’une directive.

Lire l’article

CPHmPcNWIAIuGEP-1

« Pour moi, le putsch est terminé, et on n’en parle plus ». C’est par ces mots que le Général Gilbert DIENDERE « a suicidé sa carrière de la même manière qu’elle avait été construite » par son mentor, Blaise COMPAORE[1].

1- Une démarche mal emmanchée Lire l’article

Les militaires putschistes quadrille Ouagadougou, le 17 septembre. AHMED OUOBA / AFP

Suite aux évènements fâcheux qui ont eu lieu dans la journée du 16 septembre 2015 dans la capitale burkinabè, le RéCam, exige la libération immédiate du Président de transition ainsi que le Premier Ministre de la république du Burkina Faso. Le RéCam condamne avec la plus haute fermeté la pratique qui consiste à intimider et à manipuler le pouvoir exécutif par certains membres des forces armées. Les actes qui ont été posés aujourd’hui constituent une atteinte grave au processus démocratique dont le Burkina-Faso est en train de poser les jalons.

Lire l’article

Tous les communiqués de presse et les prises de position émanant de personnes souvent sans nom ni prénoms, mais aussi nombreuses que celles qui se manifestent sur les réseaux sociaux et les nombreux sites populaires ne sont pas du tout insensés. Bien au contraire ! Ils relaient une opinion qui se ligue contre la violation du droit, de la démocratie et de l’ordre établi et convenu au Burkina Faso.

Une restauration est en cours au Burkina.

La démarche et les motivations qui la soutendent marquent un net recul et une lourde régression de la chose démocratique et constitutionnelle dans ce pays.

Si rien n’est fait contre, les choses peuvent aller plus vite sur le terrain et de la façon la plus irrémédiablement négative.

Lire l’article