Ismael-KonateSi je pouvais faire rire plus d’un, en cette circonstance si malheureuse, bien que le rire ne sied guère à ce genre d’exercice de style, vous saurez d’avantage avec cette anecdote, la personnalité de celui qui n’est, hélas, pas et plus avec nous aujourd’hui, alors qu’il aurait tant souhaité  savoir, que juste après lui, la république réunie, l’aura salué et même célébré,

Mon père aimait la république, ne s’imaginait qu’en république et s’imposait des règles et une vertu toutes républicaines,

Il y a quelques années, il avait été en mission officielle à Addis-Abeba auprès de l’Union africaine (UA), à l’époque où le Président Alpha Oumar KONARE était le Président de la Commission de l’UA. Celui-ci a dépêché Adam THIAM le journaliste pour le chercher à l’aéroport et l’amener à son hôtel. Dès leur première rencontre, mon père, éprouvé par la dureté du voyage de Bamako à Addis, se mit à raconter les frasques de son long et pénible périple à son interlocuteur. Pour finir, il laissa entendre que ce vol était tellement long et pénible qu’il a failli perdre l’usage de ses pieds. Mon père ne s’imaginant pas à cette époque l’état physique de son interlocuteur et n’a su que bien plus tard que Adam THIAM est handicapé comme lui, mais physique…

La vie de mon père n’a pas été facile et je m’en suis rendu compte que bien plus tard, lorsque j’ai commencé à grandir et à passer de l’enfance à l’adolescence puis à l’âge adulte. J’ai eu un profond respect pour mon père qui me le rendait en si grande estime, que je n’avais aucune autre issue avec lui que de me tenir droit dans la vie pour que mes quatre autres sœurs n’aient pas d’autre choix que de passer simplement à la récidive.

Je suis né pendant qu’il était voyant et ai pensé à tort, en le voyant aveugle, qu’il était né tel…

Mon père ne s’est jamais plaint et n’a jamais exprimé la moindre compassion par rapport à lui ou au sort, cruel que celui d’un garçon, dans la fleur de l’âge, jeune chef de cabinet du gouverneur de Gao, montant à bord de sa « deux chevaux », un matin, me prenant dans ses bras et me serrant fort pour m’embrasser, en ne sachant pas qu’il n’aura plus jamais plus d’yeux pour me regarder grandir …

Des années se sont écoulées où les jours et les nuits se succédaient, sans jamais donner la moindre possibilité à mon père de les distinguer et de distinguer entre levers et couchers de soleil et tombée de nuit, ce qui signifiaient exactement la même chose pour lui.

Tout le long, ma mère cette brave dame a été là et heureusement puisqu’elle était cette seule raison qui donnait le goût de la et à la vie à mon père. A côté d’elle, de nombreuses personnes en appui, en soutien, en compassion, en reconnaissance ont été aussi là, aux côtés de mon père pour l’accompagner, pour le soutenir, pour l’assister et pour le renforcer dans la vie.

S’il était encore là, il n’aurait jamais cessé de dire merci à tous pour lui avoir offert un toit, merci pour lui avoir donné à manger un jour, merci pour avoir porté ses enfants et merci pour les avoir transporté à l’école, merci pour avoir été simplement là, pour lui et pour sa famille.

Pour mon père, perdre la vue n’était pas synonyme de perdre la vie. Mon père aimait la vie qui la lui a si bien rendu, qu’il l’a croquée  à pleines dents, soixante-dix huit ans durant.

Trois années de réadaptation passées en France, pour apprendre tout de l’aveugle et du non voyant, y compris l’alphabet inventé au tout début des années 1800 par Louis BRAILLE, devenu aveugle lui-même à trois ans. Ce voyage en France et la bourse qui a été attribuée à mon père puis à ma mère l’ont été grâce à la coopération française représentée à l’époque par une dame AUDIBERT, dont j’ai fait la connaissance plus tard et grâce à Tanti Ina CISSE, aujourd’hui décédée et qui a été Secrétaire d’Etat aux affaires sociales du gouvernement de la république du Mali.

Tanti Ina comme j’aime l’appeler, qui n’est plus de ce monde et dont je veux saluer la retentissante mémoire, a atterri une après-midi dans mon cabinet d’avocat, en quête de conseils puisqu’en possession d’un dossier contentieux. Au terme de quelques mois de procédures, finalement heureuses et de grande fierté pour moi, Tanti Ina m’a demandé de lui présenter ma Note d’honoraires d’avocats. Ce qui tardait à lui parvenir à ses yeux de cliente peu ordinaire pour moi. Au bout de quelques minutes et sur son insistance, j’ai fini par lui avouer que j’étais incapable de répondre de manière satisfaisante à sa demande.

Je lui ai ensuite rappelé que j’étais le fils de Ismaila ! Lequel ? KONATE, l’aveugle….oui et que j’étais incapable de lui facturer ma prestation qui lui était entièrement due et dédiée, en reconnaissance de ses bienfaits pour mon père plusieurs années auparavant. J’aimais profondément autant mon père que j’étais regardant de toutes les personnes qui l’ont aidé et assisté dans sa dure vie et cette occasion était une parfaite opportunité de grande reconnaissance vis-à-vis de Tanti Ina qui s’étonnait que je sache cet épisode de la vie de mon père. Je savais tout de mon père ou presque tout ce qu’il me disait ou ne me disait pas et que j’entendais et que je comprenais et que j’imaginais…

Mon père était un personnage à la fois singulier et particulier. Il se prenait à rêver de choses possibles et même impossibles. Il se plaisait à réfléchir, à penser et à imaginer en même temps qu’il s’imaginait.

Il a rêvé un jour qu’il fallait donner une chance aux enfants aveugles et mal voyants, qu’il fallait leur apprendre le braille, leur apprendre à aller à l’école comme les voyants et même se mettre en compétition avec les voyants et contre eux s’il y avait lieu.

Mon père reculait devant très peu de choses en définitive. Cette volonté ardente ne l’aura jamais quitté, même malade, affaibli et tous les deux, installés dans une chambre de l’hôpital du Mali où il avait été interné un moment, il me parlait encore de reprendre les activités de la Fondation (FONDISMA) qui porte son nom  et réaliser selon lui « des choses géniales ».

Grand dans l’âme, grand dans l’esprit et d’une grande finesse d’esprit cultivé, jusqu’au jour où il n’a pu.

L’Institut des Jeunes Aveugles est passé là et Madame la Présidente Mariam TRAORE, en partie grâce à vous et à votre soutien. L’histoire des hommes est ainsi faite de mépris, de haine, d’ingratitudes et un jour comme celui-ci, de grande reconnaissance.

La république a honoré mon père, que la république soit fière et assurée de ce que les enfants de mon père, mes quatre sœurs et moi même, ma mère et les nombreux autres enfants, directs et indirects de mon père sont fiers de la république.

Mon père a été porté haut par la république, celle des médecins et des infirmiers, mais aussi, celle des ambulanciers de la Clinique ALMED et du Professeur Anselme KONATE, de l’Hôpital du Mali du Professeur Sadio YENA et du Professeur AssaTRAORE, de la Polyclinique de Bamako et du Professeur Aly GUINDO….de la Polyclinique TAOUFIK de Tunis et du Docteur CHOUB.

Mon Père a été porté haut par les autorités politiques, administratives et civiles du Mali au nombre desquelles, Monsieur l’ambassadeur Siragata TRAORE, ambassadeur du Mali en Tunisie qui nous a rendu le séjour de Tunis aussi agréable à mon père qu’à son épouse et l’ensemble des membres de ma famille, arrivés sur place au chevet de mon père pour l’assister jusqu’à son dernier souffle. Grâce à Madame TRAORE l’épouse de Monsieur l’ambassadeur, nous nous sommes sentis en Tunisie comme au Mali.

C’est en parcourant assez vite les réseaux sociaux que j’ai appris que mon père était un « baobab ». Connaissant les vertus de cet arbre géant, je suis bien évidemment preneur et parfaitement à l’aise avec un tel sobriquet. Cette république des internautes y est allée également et à sa plus belle manière sans compter la république de la presse et des journalistes.

Vous parler de république, c’est évoquer la nation, la patrie, le pays comme mon père aimait l’entendre et le vivre.

Pendant qu’il avait accepté de rouvrir les yeux au bout de quinze jours de coma, j’ai soufflé à l’oreille de mon père les dernières séquences de l’actualité dominante : Que Paris avait été attaqué par la terreur, que l’hôtel Radisson Blu a été aussi attaqué et que la terreur était en passe de prendre le pas sur la lucidité…

J’espère simplement n’avoir en rien précipité la mort de mon père qui était devenue inéluctable.

Depuis, j’ai reçu nombre d’appels et de messages venant de tout le monde et de partout dans le monde.

Particulièrement et très singulièrement de Monsieur le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA et de son épouse Aminata MAIGA. De Madame la Présidente Mariam TRAORE ainsi que les bénédictions du Général Moussa TRAORE. Du Général Amadou Toumani TOURE, de son épouse, Madame la Présidente Lobo TRAORE, de sa fille. Un message profond de Adame BA KONARE, épouse du Président Alpha Oumar KONARE…

Tous ont été élogieux vis-à-vis de mon père et m’ont transmis leurs sincères tristesses et condoléances.

Rien de tout cela n’aurait laissé mon père insensible.

Puisqu’il n’est pas là, je me suis permis de prendre la parole pour vous parler en son  nom, comme s’il était parmi nous.

Vos présences à tous, fort appréciables, vos gestes et vos actes infiniment cordiaux et solidaires, vos messages si percutants sont le signe évident que lorsque le république se met debout, plus rien ne passe.

Au nom de mon père, je l’ai dit !

MERCI

6 thoughts on “Au nom de mon père, je le dis !

  1. Que Dieu vous accompagne pour prendre encore et encore la parole en son nom et continuer son oeuvre remarquable. Paix à son âme. Courage et bonne continuation pour vous.

    Répondre
    • Emouvant! Instructif.
      Arrose l’arbre planté par ton père, le notre. Un père pour plusieurs générations. Il a traversé deux siècles.
      Il a vécu le temps du colon, celui de la première, deuxième et une partie de troisième république puisse nous y sommes. Le républicain est parti, le malien s’endort aujourd’hui.
      Tu dois être fier et surtout interpelé par toute cette unanimité autour de notre père, sur les qualité de homme qu’il a été et qu’il restera. Tu ne planteras pas un arbre qui sera plus solide que le sien, les temps ne sont pas les mêmes, l’environnement aussi. Arrose et entretient ce qu’il a fait. Tu n’en tireras que bénéfices, gloires et honneur. D’ailleurs tu es sur la voie.
      Je suis sûr que ce soit ici ou là-bas, en lui, il est fier de son fils, l’avocat, l’intellectuel, le combattant, le généreux.
      Courage mon frère !
      Le combat pour la république, les causes nobles et justes est une course de relais et on vient de nous passer le relais.
      Vas-y! Bon vent!
      Idrissa.

      Répondre

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>