vue-aerienne-nord-mali-tombouctou-gao-kidal-base

Visiblement que le message du Chef de l’Etat, prononcé hier soir, un peu tardif il faut le reconnaître, n’a pas vraiment calmé les esprits. Cela se justifie par les attaques certes isolées, mais symboliques, des domiciles et des biens des personnes, maliennes, suspectées d’être des « Touaregs » ainsi que par les marches, en apparence spontanées, mais qui ont crée une sorte de panique générale qui continuent encore de mettre un climat de « peur sur la ville » tant à Bamako que dans les environs. Ces actes sont répréhensibles, regrettables sont condamnables pour un pays reconnu de paix comme le nôtre et de fraternité comme jamais les maliens seuls savent se l’exprimer.

Lire l’article